close
close
keyboard_arrow_left RETOUR
    Un état du monde... et du cinéma (2011)
    Un état du monde... et du cinéma (2011) © Diaphana
    du 28 JANVIER au 06 FÉVRIER 2011

    Un état du monde... et du cinéma 2011

    3e édition du 28 janvier au 6 février 2011

    Plus de quarante fi lms, treize avant-premières, une vingtaine d’invités venus du monde entier, des tables rondes, des rencontres, des débats… Pour sa 3e édition sous le double parrainage de Jorge Semprún et d’Elia Suleiman, le festival Un état du monde… et du cinéma vous offre, en dix jours, un tour du monde cinématographique et politique de l’année 2010.

    Les parrains du festival


    Contemporains de conflits récents, Jorge Semprún et Elia Suleiman témoignent dans leurs oeuvres, de la possibilité de mettre des images et des mots sur les horreurs et les contradictions de ce monde. 


    Elia Suleiman, parrain cinématographique
    Né à Nazareth, Elia Suleiman ne cesse de questionner l’identité palestinienne à travers ses films. Son premier long métrage Chronique d’une disparition (1996) obtient le Prix du meilleur premier film à Venise en 1996, le deuxième, Intervention divine, remporte le Prix du jury à Cannes en 2002. 
    Une rétrospective exceptionnelle lui est consacrée  pour apprécier sa façon inégalable de "vagabonder sur le réel". 

    Jorge Semprún, parrain politique
    Né en 1923, rescapé de Buchenwald, Jorge Semprún, ancien résistant et homme politique, est l’auteur de nombreux ouvrages : “Le grand voyage” (1963), “L’écriture ou la Vie” (1994), “Une tombe au creux des nuages. Essais sur l’Europe d’hier et, d’aujourd’hui” (2010).  
    Invité d'honneur de la programmation "Entre Guerres et paix", il présente Les Chemins de la mémoire de José-Luis Peñafuerte. 

     

    Les thèmes du festival


    Situé en début d’année, Un état du monde... et du cinéma tente de faire le bilan des actualités politiques de l'année 2010 telles que le cinéma a pu les éclairer au cours de l’année passée. Il 
    cherche à observer le monde par le prisme du cinéma autour de quatre grandes thématiques. 


    Mexique : d’une frontière l’autre, l’intarissable flux migratoire
    Ils sont des centaines de milliers venus du Mexique et d’Amérique centrale à tenter de gagner illégalement les États-Unis. Dix séances et une table ronde pour questionner ce flux migratoire. 

    Focus sur les Roms et gens du voyage
    Loin des préjugés racistes liés à la misère et à la figure de l’Autre, l’image des Tziganes, Gitans et gens du voyage mérite d’être illustrée par ceux qui leur ont rendu hommage. Place aux films ! 

    Entre guerres et paix
    Huit films se demandent comment vivre après un conflit, lorsque les coupables courent toujours, lorsque le pays ne vit qu’une trêve fragile ou que la lumière n’est pas faite sur des crimes de guerre. 

    Cambodge, le génocide effacé
    À l’heure des procès de Phnom Penh, le cinéma tente de répondre au devoir de mémoire pour rendre justice aux survivants et laissés-pour-compte du génocide cambodgien. 

    Bilan 2010
    Une table ronde et trois rencontres, animées par des critiques de cinéma et des spécialistes, pour analyser ce que le cinéma nous a dit, en 2010, de notre monde. 

    Réagissez !