close
close
keyboard_arrow_left RETOUR
    • DIM 26 JANVIER 2014 À 17:00

    La Master class de Nicole Garcia

    animée par Pascal Mérigeau, critique au Nouvel Observateur

    Actrice, Nicole Garcia est l’interprète des plus grands. Réalisatrice, elle enchaîne les succès. Devant ou derrière la caméra, cette figure majeure du cinéma français sait faire preuve d’audace et de sensibilité. Elle est l’invitée d’une master class pour retracer son admirable parcours.

    Pour la plupart des comédiennes devenues réalisatrices après plusieurs années d’une carrière réussie, il s’agit généralement d’un aller et retour, aventure sans lendemain qui souvent ne laisse que des regrets. En cela déjà Nicole Garcia fait exception, qui a signé sept longs métrages, au rythme d’un tous les trois ou quatre ans. Ce depuis Un week-end sur deux, portrait d’une actrice à laquelle Nathalie Baye prêtait ses traits. Nous étions alors en 1990, et la cinéaste débutante, auteur auparavant d’un court métrage remarqué, avait été déjà l’interprète des plus grands. Après que le film de Bertrand Tavernier Que la fête commence, où elle jouait la Fillon, mère maquerelle du Régent, elle qui n’avait alors pas trente ans, eut commencé de la révéler, il y avait eu tour à tour, et pour certains à plusieurs reprises, 

    Jacques Rivette, Alain Resnais, Bertrand Blier, Michel Deville, Claude Sautet notamment. Les succès remportés, tant auprès du public que de la presse, par ses propres films, Le Fils préféré (1994), Place Vendôme (1998), L’Adversaire (2002), ne l’ont pas détournée de son premier métier, exercé avec éclat sous la direction récemment de Claude Miller (Betty Fisher et autres histoires, La P’tite Lilli), Lucas Belvaux (38 témoins) ou encore Claire Simon (Gare du Nord). À la veille de présenter son nouveau film, Un beau dimanche, qui sortira dans les salles le 5 février et dans lequel elle dirige son propre fils, Pierre Rochefort, Louise Bourgoin et Dominique Sanda, Nicole Garcia a beaucoup à dire sur le cinéma, celui des autres, qu’elle connaît bien, et bien sûr le sien.
    Pascal Mérigeau

    #GarciaMC

    Durée approximative de la séance : 1h30

     

    partenaires