close
close
keyboard_arrow_left RETOUR
    "Here... I Mean There"
    "Here... I Mean There" © D.R.

    Saison France-Roumanie

    Jusqu’au mois de mars, le Forum des images, soutenu par le Centre national du cinéma roumain et l’Institut français, participe à la Saison France-Roumanie 2019, et met à l’honneur le cinéma documentaire roumain.

    Tournés de 2004 à nos jours, huit films sont projetés en présence de cinéastes et spécialistes. Le renouveau du documentaire roumain dans les années 2000 a été éclipsé par celui du cinéma dit de fiction. Pourtant, le genre est bien vivace comme en témoignent les chroniques familiales, portraits intimes ou films sur l’histoire politique passée ou récente du pays projetés au Forum des images. 


    LES SÉANCES

    mardi 11 décembre à 18h30
    présenté par Aurélia Vasile (enseignante-chercheuse en histoire)
    Camarades gangsters, levez vous ! d’Alexandru Solomon (2004)
    En 1959, à Bucarest, les auteurs d’un hold-up rejouent leur rôle pour un film de propagande, Reconstruction, sorti un mois après leur exécution. Un « making-of » glaçant, avec les témoins encore vivants. Prix du documentaire historique, festival de Pessac 2004.

    mardi 18 décembre à 18h30
    Cinéma mon amour d’Alexandru Belc (2015)

    À Piatra Neamt, petite ville du nord-est de la Roumanie, le combat passionné de Victor Purice pour la survie du Dacia panoramic. Le portrait d’un directeur charismatique pour qui « le cinéma est un droit social ».

    mardi 15 janvier à 18h30
    En présence de la cinéaste / Inédit en salles
    A Mere Breath (Doar o rasuflare) de Monica Lazurean-Gorgan (2016)
    Sept ans de la vie d'une famille de chrétiens guidés par la foi. Leur fille cadette souffre de spina bifida. Caméra frontale mais empathique, la cinéaste filme avec douceur et sans mépris une vision du monde absolue.

    mardi 15 janvier à 20h30
    En présence d'Alexandra Laignel-Lavastine (philosophe) / Inédit en salles
    The Dead Nation (Tara moartă) de Radu Jude (2017)
    Sur des photographies du quotidien d'une petite ville roumaine des années 1930-1940 sont lus des extraits du journal d'Emil Dorian, médecin juif. La voix off dit la montée de l'antisémitisme et la persécution des juifs. Un essai remarquable sur un sujet peu abordé dans la Roumanie contemporaine.
    Prix du Meilleur documentaire roumain, Festival du Film d’Astra 2017

    mardi 12 février à 18h30
    En présence de la cinéaste / Inédit en salles
    Here... I Mean There (Aici... adica acolo) de Laura Capatana-Juller (2012)
    Sanda et Ani sont deux sœurs élevées par leurs grands-parents depuis l'enfance. Leurs parents qui travaillent à Barcelone reviennent régulièrement au pays. La cinéaste filme caméra à l'épaule cette famille des Maramures.

    mardi 12 février à 20h30
    Avant-première / En présence du cinéaste
    Peu m'importe si l'histoire nous considère comme des barbares de Radu Jude (2018)
    Une metteure en scène prépare une pièce sur le massacre par l'armée roumaine de 20 000 Juifs à Odessa en 1941. « En pensant à cet épisode honteux (...), j’ai tout de suite compris qu’on ne pouvait pas le représenter sans le rendre banal, et c’est donc cette banalisation qui est devenue le véritable sujet du film. » Radu Jude
    En partenariat avec Météore Films
    sortie nationale le 20 février 2019

    mardi 12 mars à 18h30
    En présence de la cinéaste / Inédit en salles
    Licu, A Romanian Story (Licu, o poveste românească) d'Ana Dumitrescu (2017)
    La vie d'un homme de 92 ans qui a tout vécu : la paix, la guerre, le communisme, la révolution et l'après-révolution. Ce magnifique portrait d'un homme et de son pays est aussi le récit du temps qui passe.

    mardi 12 mars à 20h45
    En présence du cinéaste (sous réserve) / Inédit en salles
    Bucarest, où es-tu ? (Bucuresti, unde esti?) de Vlad Petri (2014)
    23 ans après la Révolution, le peuple retourne dans la rue, et se réapproprie l’espace public. « Pour moi, loin d’être un journal des événements de l’année 2012, ce film représente une possibilité d’investiguer et d’analyser en tant que cinéaste et documentariste la représentation et les questionnements de la société dans laquelle je vis. »