close
close
keyboard_arrow_left RETOUR
    100% doc
    100% doc © Design graphique : ABM Studio – Visuel : Swagger © Faro - Kidam - Mathematic – Carnibird et © Ronan Merot, Citizenfour © Laura Poitras
    du 18 SEPTEMBRE 2018 au 30 JUILLET 2019

    100% doc

    UN AUTRE REGARD SUR LE MONDE

    En ce mois d’avril, le Forum des images choisit, entre autres films sur la musique, la danse ou les taxis, de mettre en lumière les œuvres de deux réalisateurs prématurément disparus, et de rendre hommage à deux flamboyantes féministes. 

     

    « Il faut sentir, dans chaque film, qu’il a été essentiel pour son réalisateur. Parce qu’il y a dans “le réel” une exigence telle du sujet, qu’il impose comme un impératif catégorique des questions fondamentales. Où mettre la caméra – rien que ça – qui va déterminer le point de vue, et à chaque fois une fenêtre ouverte sur le monde. » 

    C’est ainsi que François Christophe définit les enjeux du cinéma documentaire, à l’époque (au début des années 1990) où il est engagé dans la réalisation de Thierry, portrait d’un absent, portrait bouleversant d’un marginal trop sensible mort peu après le tournage. Ces propos passionnés figurent dans le beau livre François, portrait d’un absent, où Michaël Ferrier garde trace et redonne vie à l’ami cinéaste trop tôt disparu.

    Le jeune réalisateur Axel Salvatori-Sinz (dont le premier film Les Chebabs de Yarmouk, sur les aspirations de jeunes Palestiniens vivant dans un camp de réfugiés en Syrie, fut très remarqué) est mort l’année dernière. Le Forum des images propose de revoir son dernier film, Chjami è rispondi (« appel et réponse » en langue corse, qui désigne une joute verbale), sur l’affrontement et la réconciliation avec son père, un « duel au soleil » libérateur tourné dans le berceau familial corse.

    Enfin, présenté en avant-première par sa réalisatrice Callisto Mc Nulty (avec le concours du Centre audiovisuel Simone de Beauvoir), Delphine et Carole, insoumuses retrace l’engagement féministe de la réalisatrice Carole Rossopoulos et de l’actrice Delphine Seyrig, l’inoubliable fée des Lilas de Jacques Demy, celle qui, dans Baisers volés, réalisé en 1968 par François Truffaut, affirmait à Antoine Doinel : « Je ne suis pas une apparition, je suis une femme. »

    partenaires

    Réagissez !