"Microphone" d’Ahmad Abdalla
    © Film Clinic
    "Microphone" d’Ahmad Abdalla

    Égypte : images d'une révolution annoncée

    Le cinéma égyptien a longtemps dominé les écrans du monde arabe par son esthétique exubérante et ses mélodrames. En parallèle, s’est développé un cinéma plus critique, plus ancré dans le réel, mu par la volonté de dénoncer un autoritarisme étouffant.

    18 jours : c’est le temps qu’il faut aux Égyptiens pour renverser Hosni Moubarak en 2011. Des manifestations populaires sans précédent mènent à la démission du chef de la dictature militaire, en place depuis 30 ans. En juin 2012, les nouvelles élections législatives et présidentielles sont remportées par le Parti de la liberté et de la justice, la branche politique des Frères musulmans. La désillusion s’installe et la dérive autoritaire du nouveau régime est dénoncée. Le peuple, soutenu activement par l’armée, exige la destitution du président Mohamed Morsi. Tout est encore à construire…

    Un cinéma témoin des mutations
    Un cinéma égyptien audacieux, turbulent et plein de vitalité, se développe, à la fois figure de proue et écho de cette contestation montante. La réalité complexe de l’Égypte fait irruption au cinéma de manière plus frontale. Le Chaos, film  prémonitoire de Youssef Chahine (2007) dépeint un État miné par la corruption, L’Immeuble Yacoubian (2006) fait figure de préliminaire au réveil des consciences. En parallèle, des films aux moyens réduits reflètent le malaise latent de la population égyptienne. Ce cinéma  indépendant est porté par de jeunes réalisateurs qui trouvent place Tahrir un véritable lieu d’expression et d’émancipation. Le soulèvement de 2011, notamment par l’utilisation frénétique de la vidéo, incarne cette nouvelle génération d’auteurs qui prend ce virage politique à bras-le-corps.

    Microphone, film énergique d’Ahmad Abdalla, réalisateur très actif de la place Tahrir, raconte, un an avant le soulèvement, la jeunesse underground d’Alexandrie, au bord de l’implosion. En 2013, son nouveau long métrage, Rags and Tatters, décrit subtilement les quartiers pauvres du Caire s’organisant face à la Révolution du 25 janvier. Les paradoxes d’une société en pleine reconstruction sont également représentés : Asham, première oeuvre chorale de la réalisatrice Maggie Morgan, traite des thèmes de l’espoir et du désespoir, avec pour toile de fond Le Caire, ville au rythme effréné.
    Conseillère pour la programmation : Magda Wassef
     

    LES SÉANCES
     

    > Le Chaos de Youssef Chahine et Khaled Youssef, samedi 9 novembre à 17h

    > Rags and Tatters d'Hamad Abdalla, samedi 9 novembre à 19h30
    En présence du réalisateur

    > Un-zéro de Kamla Abu Zekri, dimanche 10 novembre à 17h30
    En présence de Mariam Naoum, scénariste du film

    > Asham: a man called hope de Maggie Morgan, lundi 11 novembre à 14h30 et vendredi 15 novembre à 14h30

    > Microphone d'Hamad Abdalla, lundi 11 novembre à 18h et samedi 16 novembre à 17h30
    En présence du réalisateur

    > Mohammad sauvé des eaux de Safaa Fathy, mardi 12 novembre à 19h30
    En présence de la réalisatrice

    > L'Immeuble Yacoubian de Marwan Hamed, jeudi 14 novembre à 16h30

    > Les Femmes du bus 678 de Mohamed Diab, dimanche 17 novembre à 17h
    Séance présentée par Sophie Pommier, spécialiste de l'Egypte, chargée de cours à l'IEP-Paris.

    > Table ronde "Egypte: Que peut le cinéma ?", dimanche 10 novembre à 15h30
    Avec Bernard Guetta (journaliste), Ahmad Abdalla (réalisateur), Abdel Aziz Kamal (directeur de l’Egyptian Film Center) et Mariam Naoum (scénariste) Animée par Magda Wassef (historienne du cinéma arabe).

     

    ET AUSSI / À lire sur le web...
     

    Généralités sur le cinéma égyptien
    Cinéma égyptien (Wikipedia)
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Cin%C3%A9ma_%C3%A9gyptien
    Cinéma égyptien - Les diamants du Nil (Libération)
    http://www.cinematheque.fr/data/document/telechargez-tire-a-part.pdf
    Panorama du cinéma égyptien (versionoriginale.ouvaton.org)
    http://www.versionoriginale.ouvaton.org/article.php3?id_article=95

    Cinéma égyptien et révolution
    Comment “V pour Vendetta” a inspiré la Révolution égyptienne (Les Inrocks.com)
    http://www.lesinrocks.com/2011/06/29/cinema/comment-v-pour-vendetta-a-inspire-la-revolution-egyptienne-1113052/
    Scènes d’une révolution (Next-Libération)
    http://next.liberation.fr/cinema/2012/06/12/scenes-d-une-revolution_825789
    Le cinéma égyptien dans la vague révolutionnaire (Antonino Galofaro)
    http://antoninogalofaro.wordpress.com/2012/07/27/le-cinema-egyptien-dans-la-vague-revolutionnairey/
    Les nouvelles écritures du cinéma égyptien (africultures.com)
    http://www.africultures.com/php/?nav=article&no=10597

    Entretien avec Magda Wassef :
    "Un nouveau cinéma en Egypte est en train de naître"

    http://www.youtube.com/watch?v=CPvb-YElTBI

    Le webdoc “Sout el Shabab, la voix des jeunes”
    http://www.franceculture.fr/page-egypte-deux-ans-apres