Histoire

    Le Forum des images, d’hier à aujourd’hui

    Lors de son ouverture en 1988 au cœur des Halles, le Forum des images - alors nommé Vidéothèque de Paris - est associé à un projet d’aménagement du territoire, conçu par la Mairie afin d’offrir un "supplément d’âme" à ce centre commercial souterrain. Depuis, sous la présidence de Pierre Tchernia (1993-2008), David Kessler (2008-2009) et aujourd’hui Marc Tessier, il s’installe durablement dans le paysage culturel et urbain de la ville et rayonne par ses missions renforcées et ses activités renouvelées.

    1988 : des débuts révolutionnaires…

    Créée par le poète Pierre Emmanuel pour constituer la mémoire audiovisuelle de Paris, l’institution dont les espaces sont conçus par l’architecte Paul Chemetov, commence par rassembler une collection de films, réunissant des images de cette ville filmées depuis 1895, dans la plus grande diversité d’origine, de genre, de support. Longs et courts métrages, fictions, documentaires, publicités, émissions de télévision, films amateurs, films d’entreprises…, tous trouvent leur place dans la collection.
    Lieu de "lecture publique" soucieuse d’un accès simple et immédiat à ce fonds audiovisuel d’exception, la Vidéothèque de Paris dispose d’une salle de consultation où tous les films de la collection sans exception sont visibles à tout moment. Entièrement automatisée, elle est la première en France à offrir un tel niveau d’accessibilité à une collection audiovisuelle de cette ampleur. Grâce à un équipement technique d’avant-garde, chaque spectateur peut ainsi visionner l’œuvre de son choix depuis son poste. L’engouement est tel qu’il faut rapidement augmenter le nombre de postes de consultation. Alors qu’Internet n’en est qu’à ses balbutiements, l’ensemble des notices des films est - chose tout à fait rare alors - accessible à distance, par Minitel. Pour un chercheur comme pour le grand public, la mise en place de tels services est une petite révolution. 

    … et un succès immédiat

    L’idée de rassembler, d’organiser la mémoire audiovisuelle parisienne et de proposer des contrepoints avec une programmation de films éclectique et d’événements s’impose rapidement. Le succès est au rendez-vous et le public qui ne devait d’abord être que parisien dépasse les frontières de la capitale, profitant de la multiplicité de transports publics desservant le Forum des Halles. Dynamique et inventive, la Vidéothèque de Paris élargit son champ d’action au-delà des thèmes parisiens et propose désormais d’aller à la découverte de toutes les images, notamment celles de la création contemporaine. 

    1998 : nouveau nom, nouvelles orientations

    Plus que jamais écrin de toutes les images, l’institution fait évoluer son identité et élargit son corpus de films, ses actions et ses questionnements ; ce qui conduit tout naturellement à rebaptiser la Vidéothèque de Paris en Forum des images. Multipliant les rencontres, provoquant les débats, encourageant les relations entre professionnels et amateurs, développant un pôle d’éducation à l’image, il propose de regarder le monde à travers l’œil d’une caméra et celui de cinéastes d’hier et d’aujourd’hui. Avec une fréquentation croissante, surtout depuis les années 2000, le Forum des images accueille jusqu’à 340 000 visiteurs par an et devient un lieu de référence en termes d’équipement culturel local, régional et national. Devant une telle affluence et après 17 ans d’existence, des travaux de rénovation s’imposent… 

    2005 : le Forum des images en chantier

    Pendant trois ans, le Forum des images s’offre une transformation importante et prépare une mue qui ne sera pas seulement physique. Tandis que ses salles de projection et ses locaux sont en chantier, il poursuit ses activités éclectiques et originales hors de ses murs dans une dizaine de lieux parisiens comme le Max Linder, l’Arlequin ou le Centre Pompidou. 

    2008 : le Forum des images fait peau neuve

    Après trois ans de travaux et 7,6 millions d'euros financés par la Ville, le Forum des images et ses espaces repensés retrouvent leur double activité de programmation et de conservation. Enrichie de nouvelles œuvres autour de la jeune création et des productions absentes des circuits de diffusion, la Salle des collections redevient pionnière en France avec la numérisation d’environ 5 000 heures de films. De plus, l’institution s’associe avec l’UGC Ciné Cité Les Halles et la Bibliothèque François Truffaut pour créer un ensemble dédié à la culture et au cinéma dans le Forum des Halles : la Rue du Cinéma. Prêt à répondre aux évolutions technologiques, aux pratiques cinéphiliques et aux aspirations de ses publics, le Forum des images s’affiche résolument moderne et tourné vers la diversité du monde autant que vers l’avenir.