La Master class de Charlotte Gainsbourg

    animée par Pascal Mérigeau

    • MER 12 FÉVRIER 2014 À 19:30

    Elle a obtenu son premier rôle à l’âge de douze ans. Elle a depuis été récompensée par deux César et un Prix  d’interprétation à Cannes en 2009. Parallèlement au cinéma, elle poursuit une belle carrière de chanteuse. Ses choix, ses aspirations, ses expériences, Charlotte Gainsbourg vient nous en parler à l’occasion d’une master class exceptionnelle.

    S’il est vrai que naître l’enfant d’une vedette ne constitue en rien la garantie d’un avenir doré, qu’en est-il de ceux dont et la mère et le père sont des célébrités ? Charlotte Gainsbourg s’est probablement interrogée à ce sujet, mais la vie ne lui a peut-être pas laissé le temps de répondre. Pas dans un premier temps, en tout cas, car très vite elle s’est trouvée lancée, avec à 13 ans un rôle dans Paroles et Musique (1984), où elle incarne la fille de Catherine Deneuve. Une première apparition remarquée, mais dont rien ne permet d’affirmer qu’elle connaîtra une suite. Celle-ci vient sans tarder, et elle fait l’effet d’un coup de tonnerre : dans L’Effrontée (1986), le film de Claude Miller, elle se montre irrésistible d’innocence et de maîtrise de soi, et se voit décerner le César du Meilleur Espoir Féminin. Sous la direction de Claude Miller, elle est aussi La Petite Voleuse (1988), elle tourne avec son père (Charlotte for ever, 1986), avec sa mère devant la caméra d’Agnès Varda (Jane B. par Agnès V., Kung-Fu Master), mais affirme ignorer encore si ses désirs profonds la portent réellement vers le métier de comédienne. Il faudra l’étourdissant Merci la vie de Bertrand Blier pour qu’enfin Charlotte Gainsbourg le métier qu’elle veut faire est bien celui-là. C’était en 1990, elle n’avait pas encore 20 ans, et de film en film pendant une petite décennie elle s’aguerrit, jusqu’à ce que Ma femme est une actrice, le premier film d’Yvan Attal, son compagnon, lui offre de connaître un succès personnel. Sa carrière prend alors un tour international, c’est ainsi qu’aux États-Unis elle tourne sous la direction d’Alejandro Gonzáles Iñarritu (21 grammes) et participe à l’aventure dylanienne orchestrée par Todd Haynes (I’m Not There). 2009 marque pour elle un tournant décisif, à travers sa rencontre avec Lars von Trier, dont elle devient en un film, le controversé et passionnant Antichrist, l’actrice préférée. Dans le rôle d’une mère dévastée par la mort de son enfant, elle fait montre d’une audace et d’une intelligence de jeu qui ne pouvaient en effet que subjuguer le sombre Danois. Lequel l’a depuis distribuée dans Melancholia, puis dans Nymphomaniac, dont la première partie est dans les salles françaises depuis le 1er janvier dernier. Les raisons de convier Charlotte Gainsbourg à donner sa master class n’ont jamais manqué, à l’événement il fallait seulement un prétexte, le voici trouvé.
    Pascal Mérigeau

    COMPLET

    Retrouvez le livetweet de la Master class de Charlotte Gainsbourg sur Storify.com !