close
close
keyboard_arrow_left RETOUR
    "Cette sacrée gamine" de Michel Boisrond
    © Christophel
    "Cette sacrée gamine" de Michel Boisrond

    Cinéma ville - janvier 2014

    Paris à travers les époques

    Paris, ville lumière, ville cinéma, a inspiré des milliers de films. Autour d’un réalisateur, d’un acteur, d’un quartier, d’une époque ou d’un thème, CinéMa ville propose chaque mois une exploration de ce qui palpite dans la cité.

    « Tout ce qu’il faut pour faire une comédie c’est un parc, un policier et une jolie fille », disait Chaplin. Pour le premier CinéMa ville de l’année, peu de policiers, mais de jolies actrices filmées par des cinéastes (souvent) amoureux, et un acteur aventureux, Michael Lonsdale, toujours juste, souvent facétieux, jamais banal.

    Le cinéma aime les jeunes filles. 1927 : Catherine Hessling interprète les rôles-titres d’Yvette et de La P’tite Lilie, deux demoiselles en détresse filmées par Alberto Cavalcanti, réalisateur d’origine brésilienne lié aux avant-gardes artistiques des années 20. C’est cette belle rousse au tempérament et au jeu incendiaires qui décida de la vocation de cinéaste de Jean Renoir (qu’on aperçoit tout mince dans La P’tite Lilie). 1955 : Brigitte Bardot, qui n’est pas encore blonde et n’a pas encore embrasé le petit port de Saint-Tropez (et tout le cinéma français), électrise la sage comédie de Michel Boisrond, Cette sacrée gamine, par des numéros dansés que l’apprentie ballerine qu’elle fut exécute avec bonheur. 1995 : Kate Beckinsale, aujourd’hui abonnée aux blockbusters américains,
    fait en France des débuts discrets en ingénue dans un film délicieux et méconnu, Marie-Louise ou la permission, dont le ton et l’entrain rappellent les comédies musicales d’antan. 

    Le cinéma aime Michael Lonsdale. Celui qui, à près de 80 ans, connut un regain de popularité dans le rôle du Père Luc (Des hommes et des dieux) a derrière lui une filmographie foisonnante, dont le Forum des images donne un bref aperçu en quatre films rares (Le Rose et le blanc, Les Jeux de la comtesse Dolingen de Gratz, Douce enquête sur la violence, Adieu), le temps d’une journée consacrée à l’acteur franco-anglais à la carrure imposante et à la fois flûtée, qui dit : « L’expérience, l’aventure, c’est ce que j’ai recherché toute ma vie ».