100 % doc
    "On a grèvé" Denis Gheerbrant
    © D.R.
    100 % doc
    du 07 NOVEMBRE 2015 au 31 JUILLET 2016

    100% doc

    UN AUTRE REGARD SUR LE MONDE

    Projections régulières ou exceptionnelles, rencontres, ateliers et propositions en ligne autour du cinéma documentaire sont à découvrir tout au long de l’année.

    Toutes les séances Toutes les rencontres Tous les films

    Présentation du programme

    Pour organiser une révolte, mener un combat, il faut être capable de rassembler, de convaincre, mais aussi de transmettre et d’émouvoir. Les organisations féminines et féministes ont dû apprendre et apprivoiser cela pour se faire entendre. Et si la musique avait finalement les mêmes caractéristiques que celles de la lutte ? Elle rassemble, transmet et émeut à n’en pas douter, mais peut-elle et doit-elle convaincre ?


    Quand les femmes organisent leurs révoltes
    Femmes grévistes, femmes syndicalistes, femmes militantes ; les raisons de se révolter ne manquent pas, encore faut-il réussir à s’organiser. Qu’il s’agisse des ouvrières d’une usine à Troyes menant une grève pour la première fois, des artistes peintres et sculptrices s’organisant en syndicat pour réclamer la place  qui leur est due sur le marché de l’art, ou encore des femmes égyptiennes et tunisiennes réclamant leurs droits dans des sociétés patriarcales… ce mois-ci,  nous suivrons des parcours de femmes qui ont décidé d’adopter ces codes, qui leur étaient jusque-là étrangers, pour mener leurs batailles et se faire enfin entendre. Pour parler de ces révolutions féminines dans les pays arabes, la réalisatrice Feriel Ben Mahmoud et la journaliste Charlotte Bienaimé se retrouvent autour du film La Révolution des femmes, un siècle de féminisme arabe.


    Se définir en musique
    Raï, musique classique arabe, violon d’Arménie, harpe du Venezuela, guitare de Bosnie, ou encore accordéon de Roumanie… Les « néonomades » du métro parisien filmés par Heddy Honigmann, les pérégrinations de Cheb Mami en France, en banlieue parisienne et jusqu’au Zénith, ainsi que le portrait de Ernest Léardée fondateur du premier « bal nègre » parisien ; tous nous rappellent que la musique, plus qu’un art de vivre, est une revendication identitaire, une lutte pour l’existence. Puis il faudra repousser les limites de la capitale et nous diriger vers une cité toulousaine, où la musique et l’opéra documentaire d’Éric Pittar racontent l’indicible : le malaise d’une génération, d’une communauté, après une bavure policière.

     

    Les auteurs nous racontent le monde. La Scam rassemble 38 000 d’entre eux dont elle gère les droits : auteurs de documentaires mais aussi écrivains, journalistes, photographes, dessinateurs… 100% doc est une des nombreuses manifestations initiées ou soutenues par la Scam pour promouvoir le documentaire.
     

     

    UNE PROGRAMMATION ANNUELLE : FORUM DES IMAGES / LA SCAM

    EN PARTENARIAT AVEC : COPIE PRIVÉE / DOCUMENTAIRE SUR GRAND ÉCRAN / LES ATELIERS VARAN / FESTIVAL CINÉMA DU RÉEL / EN VUE, MAGAZINE DES BIBLIOTHÈQUES DE PARIS / L’HUMANITÉ / TÉLÉRAMA / FRANCE CULTURE

    Réagissez !