close
close
keyboard_arrow_left RETOUR
    "Les Aventures extraordinaires d'Adèle Blanc-Sec"
    © Collection Christophel
    "Les Aventures extraordinaires d'Adèle Blanc-Sec"

    Cinéma ville - mai 2014

    Le Paris de la Belle Époque

    Partenaire de l’exposition du Petit Palais, "Paris 1900, la ville spectacle", le Forum des images propose un cycle de films pour plonger dans le Paris de la Belle Époque, celui du cinéma lui-même avec Le silence est d’or de René Clair. Car qui mieux que le cinéma ressuscite ce « paradis perdu » ?…

    La Belle Époque est une période de paix et d’optimisme marquée par le progrès industriel et un foisonnement culturel particulièrement riche. Les Expositions universelles de 1889 et de 1900 en sont les symboles. Des images de 1900 rappellent le souvenir de ce moment exceptionnel, encore dominé par la tour Eiffel, édifiée en 1889 (Exposition 1900 de Marc Allégret).

    La France qui, depuis un siècle, se considérait comme la capitale artistique du monde brille en 1900 de ses derniers feux. Le roman de Proust, « À la recherche du temps perdu », illustre parfaitement cette allégresse de la Belle Époque, marquée intellectuellement par des hommes de lettres ou de sciences, des artistes et des écrivains (Le Temps retrouvé de Raoul Ruiz).

    L’industrie du cinéma a été fondée pendant la Belle Époque. Dans son film Hugo Cabret, Martin Scorsese rend hommage à l’un de ses pionniers, Georges Méliès ou l’homme-orchestre, initiateur du tournage en studio et des "effets spéciaux", auteur de plus de 500 films à l’imaginaire débridé.

    Quelle que soit sa position sociale - reine du Tout-Paris mondain ou anonyme midinette -, la Parisienne est détentrice d’une parcelle du chic, du bon goût et de l’esprit de la capitale. C’est par exemple la délicieuse Gigi, immortalisée par Leslie Caron, Minnelli s’inspirant des gravures du caricaturiste Sem et des peintures de Boudin pour retrouver le Paris chatoyant de 1900.

    Le Tout-Paris vient s’encanailler dans des lieux mythiques comme le Chat Noir ou le Moulin Rouge, invité d’honneur de la soirée d’ouverture du cycle Regarde les hommes danser. Mais Paris la nuit, c’est aussi l’envers du décor, le Paris de la prostitution et de la drogue. Casque d’or, le chef-d’oeuvre de Jacques Becker, raconte la romance d’une prostituée parisienne, avec pour décor le milieu délinquant de la Belle Époque.