close
close
keyboard_arrow_left RETOUR
    "Le Voyage du ballon rouge" de Hou Hsiao-Hsien
    © Collection Christophel
    "Le Voyage du ballon rouge" de Hou Hsiao-Hsien

    Cinéma ville - avril 2014

    Visions du réel

    Classez des cartes postales, collectionnez des patates avec Agnès Varda ou cherchez M. Chat sur les murs de la ville en pensant à Chris Marker. Osez le décalage des mots et des images, relisez "La sorcière" de Michelet pour réfléchir à la condition de la femme comme le suggère Marguerite Duras. En un mot, ouvrez l’oeil !

    Si les frères Lumière sont d’abord allés filmer la rue, c’est bien entendu grâce à la mobilité nouvelle de la caméra mais aussi parce que la sensibilité de leur appareil ne leur permettait pas les prises de vue en intérieur. Le réel qui s’offrait à eux a nourri les premières images. Heureuses origines pour le cinéma documentaire, qui n’ignore pas, dès ses débuts, l’importance du regard et de la place de celui qui filme, comme le rappelle Marc Allégret (Lumière). De chez soi (Jaurès), à l’intérieur d’un tribunal (10e chambre - Instants d’audience) ou en suivant une pensée en mouvement (La sociologie est un sport de combat), les auteurs continuent de mettre des mots et des images sur notre monde désordonné.

    Edgardo Cozarinsky nous conte dans son documentaire Le Cinéma des Cahiers - 50 ans d’histoires d’amour du cinéma la naissance d’un nouveau regard, celui de la Nouvelle Vague, mais pas seulement. Dans les fondements de la revue, toujours le souci de l’enregistrement du réel, vérité première de Hervé Bazin. Mais aussi la cinéphilie qui prend forme, elle aussi, à cette époque. Une nouvelle vision doublée de sa propre analyse, une leçon de cinéma en somme. Les jeunes Turcs ont vieilli. Qu’importe ! Qui a dit que cette incitation à regarder le monde autrement était l’apanage des jeunes ? Chris Marker (Chats perchés) tricote une histoire malicieuse à partir d’un chat, tandis qu’Agnès Varda (Les Glaneurs et la glaneuse, Deux ans après) rebondit de patates en questions de société. Auparavant, Marguerite Duras* posait déjà ses questions décalées pour notre plus grand plaisir ("Dim Dam Dom") !

    * Journée Marguerite Duras en écho à la conférence de la bibliothèque du cinéma François Truffaut